Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 août 2010 6 21 /08 /août /2010 07:39

Chaumier.jpgAujourd'hui, dans un monde de nantis, certaines et certains se permettent de faire l'apologie de valeurs anti-scientifiques et de critiquer de réels progrès médico-scientifques tels que, et ce n'est qu'un exemple, les mérites de la vaccination en santé publique. Cela me met un peu en colère et justifie ce billet d'humeur.

 

Evidemment, il est facile, et  cela a été fait abondamment lors de la dernière campagne de vaccination anti-grippale, de mettre en avant certains effets secondaires de certaines vaccinations. C'est vrai, et il ne faut pas sous-estimer certains drames humains qu’ils entrainent. Mais s’arrêter sur cet aspect des choses, c’est oublier des drames humains beaucoup plus importants, peut-être pas qualitativement, mais certainement quantitativement. Si la variole, qui représentait un vrai fléau humain, a été éradiquée, c’est grâce  la vaccination (qui, d’ailleurs, tire son nom de vaccine, virus protecteur contre la variole, et de Vacca, la vache qui permettait de le produire). Malgré des effets secondaires non négligeables, combien d’enfants la vaccination anti-polyomyélitique a-t-elle sauvé ? On peut en parler avec des personnes qui n’ont pas eu la chance d’être vaccinées et qui demeurent handicapées à vie des suites de cette terrible maladie (j’en connais). Faut-il également parler du tétanos qui fait encore des ravages, faute de vaccination, dans certaines régions du monde ? Je recommande, à ce sujet, la lecture de deux témoignages d’un ami, travailleur social en Afrique, sur ce que c’est que mourir du tétanos : http://inthestreetsofafrica.blogspot.com/2010/04/100-de-grevistes.html et http://inthestreetsofafrica.blogspot.com/2010/03/il-sappelait-leon.html. Ce ne sont que des exemples, et il y en a bien d’autres (rougeole, dyphtérie, typhoïde, …).

Nous savons qu’un vrai espoir en santé publique serait l’obtention d’un vaccin efficace contre le paludisme, pour autant qu’il serait disponible pour les populations qui en ont le plus besoin.

Beaucoup des drames sanitaires des temps anciens étaient liés à des maladies infectieuses. Des traitements efficaces (au moins partiellement et provisoirement, tels que les antibiotiques) ont permis d’en contrôler certaines. Mais ils ne seraient rien sans une politique sanitaire forte d’hygiène et de prévention. La prévention inclue la vaccination, lorsqu’elle est possible.

Le principe d’autonomie permet de la rejeter à titre personnel, même si c’est un peu comme avoir des rapports sexuels non protégés vis-à-vis du SIDA. Vive la sélection naturelle ! Nous avons le choix de revenir à un état sanitaire proche de celui qui existait lorsque la durée de vie était environ la moitié de ce qu’elle est aujourd’hui. Mais pourrait-on qualifier cela de progrès ?

Nous pouvons également nous enfermer dans notre égoïsme de nantis, puisque ce ne sont pas les couches socio-économiques les plus élevées qui sont les plus touchées par ces fléaux infectieux. Mais il existe un principe de solidarité qui nous rend responsables du succès de campagnes de santé publique puisqu’il est bien connu qu’une couverture minimum de vaccination est nécessaire pour que celle-ci protège efficacement une population donnée.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Patrick 13/09/2010 14:31



Cher Bastien,


J'espère que tu ne me crois pas assez naïf pour ne pas être en grande partie d'accord avec toi. A une exception près : ton 3°). En effet, cet allègement des procédure pouvait être justifié par le
fait que vaccin contre H1N1 était, dans un premier temps, la copie conforme du vaccin contre H5N1 (Grippe aviaire). Mais nous revenons là vers ton dernier point : la confiance se mérite et tout
repose sur la communication d'informations scientifiques et médicales. On peut trouver un très bon document à ce sujet, l'avis N° 109 du CCNE, téléchargeable en pdf dur le site du CCNE
(http://ccne-ethique.fr).



Bastien G 13/09/2010 14:08



Cher Patrick,


Tu sais à quel point je partage ton point de vue, et qu'à mes yeux l'intérêt général (la santé publique) supplante l'intérêt particulier (élimination du risque d'effet secondaire).


Toutefois, puisque tu fais référence à la campagne de vaccination contre le virus de la grippe A, je pense que certains points sont à mentionner :


 - premièrement le rôle de campagne de lobby qui portent la confusion dans l'esprit des gens. J'ai l'intime conviction que les entreprises pharmaceutiques qui produisent des anti-rétroviraux
ne sont pas innocentes dans ce lobby. Pour d'autres, ce sont les entreprises pharmaceutiques en charge de la production de vaccins qui ont fait un lobby. Ici se pose l'absence totale de confiance
du public vis-à-vis de ces organismes privés, dont l'objectif structurel est la recherche de profits, et dont les profits dépendent d'un secret industriel qui les rend opaques.


 - Deuxièmement, cette campagne a été menée par des politiques qui ont magnifiquement mal fait leur travail d'explication et de vulgarisation, préférant jouer sur la peur de la maladie. Qui
croit encore que les politiciens sont guidés par l'intérêt général, quand chaque jour prouve qu'ils sont guidés par les élections et la recherche d'arrangements mafieux avec l'élite économique ?


 - Troisièmement, le non respect des procédures. Si les organismes ont élaborés des procédures scientifiques afin de garantir la qualité des vaccins, quel est le sens de ces procédures si on
les allège à la première supposée crise ?


Bref, la confiance des gens, ça se gagne, et là, on ne peut pas dire que ça a été une victoire de canard. Le statut de scientifique ne donne plus une aura de confiance, au contraire, la blouse
blanche ne faisant pas le moine. Le public n'accepte plus les vérités qu'il ne peut pas comprendre, il le lui expliquer... ça en fait du travail de vulgarisation !



Présentation

  • : Le blog de Patrick Gaudray
  • Le blog de Patrick Gaudray
  • : Recueil de billets d'humeurs ainsi que des opinions personnelles sur la vie de la recherche scientifique en général, et du CNRS ou des sciences de la vie en particulier.
  • Contact

Recherche