Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 19:04
Après les déclarations intempestives de la Ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche dans le journal " le Monde" du 20 mai 2008 sur l'organisation du CNRS et le rôle qu'elle lui attribue dans le grand champ des sciences de la vie, on ne peut qu'être déçu par les timides - et souvent maladroites réactions de la communauté scientifique.

Il y a d'abord eu la réflexion d'anciens directeurs des sciences de la vie du CNRS en faveur de l'externalisation des problèmes du CNRS vers un institut indépendant du vivant et de la santé (*). Puis un appel lancé sur le Web sous forme de pétition pour que le vivant ait, comme les autres, son institut au sein du CNRS (**). Enfin une action conjointe des directions du CNRS et de l'Inserm qui ont publié un communiqué commun dans lequel la bonne entente que leur impose la Ministre est scellée non dans le marbre, mais dans la guimauve d'un consensus mou (***).
En effet, si le CNRS perçoit cet accord comme une victoire dans la crise qui met en cause le département des sciences du vivant (soit presque un quart de ses forces), aucun problème n'est réglé ni par une sorte de "Yalta" dans le domaine biomédical, ni par une soi-disant réflexion sur les autres aspects des sciences de la vie qui "feront l'objet de discussions ultérieures" (sic). Que de mépris dans ce renvoi aux calendes grecques de l’examen de disciplines tellement « mineures » comme la Biologie structurale, la Génomique structurale et l’Evolution, la Biologie végétale ...

Les scientifiques devraient sans doute, concernant leur avenir, manifester un même niveau de réflexion et de créativité que celui qui les maintient, quoi qu'on en dise, en bonne place dans la compétition scientifique internationale. Se lançant d'emblée dans l'appel ou l'action, ils se comportent soit comme ceux –qu'ils critiquent souvent- qui veulent les applications de la Science avant même que les bases fondamentales de leurs découvertes soient établies, soit en tentant de s'adapter au plus vite à tout ce qui leur est imposé de l'extérieur (pensons au drame du caméléon sur un tartan écossais). Dans tous les cas, ils feignent d'ignorer quelle est la guerre qu'ils sont en train de perdre.

La Ministre a annoncé qu'elle attribuait le "leadership" et la coordination des sciences de la vie à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), l'Institut national de la recherche agronomique (INRA) et le Commissariat à l'énergie atomique (CEA), c'est-à-dire à des institutions à vocation appliquée. Il s'agit donc d'un pilotage par l'aval. La réponse du CNRS est de dire "entendons-nous avec l'Inserm pour le biomédical, ainsi nous aurons un strapontin dans le pilotage de ce domaine, … C'est mieux que rien !" Ce faisant, on entretient l'illusion que le biomédical est une science à part entière et non un sous-ensemble du vivant.
Le CNRS est alors volontaire pour s'inscrire dans le prétendu continuum qui mène de la recherche fondamentale au lit du malade. Le moins que l'on puisse dire est que le continuum est discontinu. En effet, cherchons où sont les nœuds de pouvoir. À titre personnel, nous en voyons deux : le pouvoir médical puisqu'il tient le lit du malade et donc la recherche clinique, et le pouvoir de l'argent qui envisage ses investissements au plus près du lit du malade, c'est-à-dire au plus près d'un possible retour sur investissement.
Ce sont de véritables "nœuds" puisqu'ils enferment les décisions politiques et brident les scientifiques jusque dans leur réflexion. Or rien n'est inéluctable qu'on ne soit décidé à accepter. Il existe un pouvoir, un contre-pouvoir : le pouvoir de celui qui fait. La Science est faite par des scientifiques. On l'oublie, on les oublie trop souvent voire comme en ces temps troublés on les tient pour quantité négligeable. Puissent-ils ne pas s'oublier eux-mêmes, et ramener la guerre sur leur propre terrain : la guerre pour la connaissance avant la guerre pour les applications (pour les profits ?). Même les Etats-Unis, Empire du libéralisme économique, l'ont compris. Pourquoi devrions nous nous distinguer sauf à vouloir « réformer » à tous crins quitte à détruire pour le plaisir, et désespérer pour longtemps des générations de Biologistes ?

Article co-écrit par Patrick Gaudray (Directeur de Recherche au CNRS, ancien directeur scientifique adjoint du département des sciences de la vie du CNRS), et Jean-Louis Nahon (Directeur de Recherche au CNRS, ancien membre du Comité National de la Recherche Scientifique)
Repost 0
17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 17:24
Sous prétexte de remédier à la complexité de l'organisation de la recherche en France, le gouvernement veut en gommer l'originalité. L'originalité, c'est, par exemple, l'existence du CNRS, premier organisme de recherche français et en Europe, qui est mondialement reconnu.
Au sein de ce dernier, la Ministre dit avoir "identifié six domaines où le CNRS exerce un leadership et qu'il a vocation à coordonner sur le plan national" ("le Monde" du 20 mai 2008). Grandes absentes de la liste ministérielle : les Sciences de la Vie qui représentent presque un quart des forces vives du CNRS. Le "leadership" de ce domaine scientifique est attribué à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), l'Institut national de la recherche agronomique (INRA) et le Commissariat à l'énergie atomique (CEA).
POURQUOI ?
Il est symptomatique que la coordination d'une Science soit définie par des institutions à vocation appliquée, l'Inserm dans le domaine biomédical, l'INRA dans le domaine agronomique, et le CEA dans le domaine technologique. Il est dangereux que le pilotage des sciences de la vie en France leur soit confié. Il est toujours plus facile de faire comprendre l’intérêt d’une invention que celui d’une découverte. Ainsi, les scientifiques, et les biologistes en particulier, préfèrent souvent présenter les outils de leurs découvertes (performance technologique – « voyez, c’est merveilleux, on peut voir des objets de plus en plus petits, … »), plutôt que la démarche scientifique qui les y a amenés. Ils ont contribué à créer le lit de ce pilotage par l'aval.
Nous le paierons tous au prix fort.

Eliminer le "vivant" du CNRS au profit de trois autres acteurs du domaine ne peut certainement pas être compris comme une mesure d'intérêt publique, non plus qu'une simplification du paysage national de la recherche scientifique. On y voit bien plutôt la marque d'un règlement de comptes ou d'une mainmise sur un patrimoine scientifique de qualité qui honore le CNRS. Des recherches très fondamentales partant d'animaux aussi exotiques que l'étoile de mer ou l'oursin ont, par exemple, apporté des connaissances déterminantes sur le fonctionnement et la division de la cellule cancéreuse. Qu'en adviendra-t-il lorsque la prééminence médicale du domaine "bio", et l'intérêt (immédiat) de l'industrie pharmaceutique auront été gravés dans le marbre ?

Le CNRS est (était ?) le seul organisme en France, et sans doute dans le monde, qui ne se confine pas dans un sous-ensemble du Vivant, mais qui le prenne en charge dans toute sa dimension, y compris sa dimension interdisciplinaire. C’est sans doute là sa vraie singularité, plus encore que sa spécificité de recherche dite « fondamentale ». Ce qui se passe aujourd'hui démontre qu'il s'agit également de sa grande faiblesse.

S'il y a urgence à simplifier le paysage de la recherche française dans le domaine des sciences de la vie et éviter son morcellement actuel entre de trop nombreuses institutions (CNRS, Inserm, INRA, IRD, CEMAGREF, …), on pourrait peut-être réfléchir enfin à la mise en place d'un organisme « unique » et interdisciplinaire de recherche sur le Vivant établi sur ce principe de singularité. Il aurait sans doute sa justification, et possèderait peut-être un dynamisme que son appartenance actuelle au CNRS semble entraver. Cet "Institut du Vivant" aurait la charge de coordonner la Science biologique, et piloter l'aval, c'est-à-dire les applications médicales, agronomique ou biotechnologiques de cette Science, plutôt que de se laisser conduire par elles. Si la biologie fondamentale française veut se donner des chances de survivre à un niveau internationalement reconnu, elle se doit de renoncer à ses chapelles et ses divisions pour n'avoir qu'un étendard, celui de la SCIENCE.
Repost 0
2 avril 15 2 02 /04 /avril /15 22:10
La science n'est pas forcément austère

Pour célébrer ce que les américains appellent "April's fools day", je me permets de rerproduire après traduction (personnelle) un article trouvé sur un site qui donne à penser en mettant en scène humoristique des faits et nouvelles scientifiques, ou en les détournant. Le résultat est brillant, et apte à dérider des scientifiques qui continuent de penser que la science est un un truc sérieux. L'article suivant fait écho, souvenons-nous-en, à la réponse donnée par Craig Venter lorsque, après la première synthèse d'un chromosome bactérien par son équipe, on lui demandait s'il ne se prenait pas un peu pour Dieu, s'il ne "jouait" pas à Dieu ; il répondit : Je ne joue pas !!!

 

Venter deviendra Dieu en 2016; Jésus démissionne
Publié le 5 Mars 2014
par jovialscientist


AU CIEL : J. Craig Venter, scientifique, entrepreneur, et superstar internationale, doit assumer le rôle de Dieu en 2016, a appris Science Web.
Le titulaire actuel, Jésus, a tenu le rôle depuis l’an 0, et se retirera dans 2 ans, pour faire place à Venter. Jésus va rester dans ses rôles de «fils de Dieu», «d'esprit saint» et «sauveur de la race humaine" (un rôle précédemment occupé par Venter).
Venter, qui à lui seul inventé puis séquencé le génome humain, s’est intéressé au rôle de Dieu depuis quelques années, et 2016 lui donnera enfin la possibilité de réaliser son ambition de longue date.
Venter a annoncé hier ses plans pour devenir immortel en utilisant le séquençage de l'ADN. Malgré un échec presque certain, ce projet verra Venter devenir omniprésent, une compétence à ajouter à celles, déjà existantes, d'omniscience et d'omnipotence. Ces trois compétences, en combinaison avec l'immortalité, sont considérées comme clés pour permettre à un candidat de s’acquitter efficacement du rôle de Dieu.
Cependant, de nombreuses objections se sont élevées de la part des communautés tant scientifiques que religieuses, mettant une pression croissante sur Venter pour prouver sa capacité de revenir d'entre les morts. Des milliers de personnes sont déjà portées volontaires pour mener à bien la première moitié de l'expérience.

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Patrick Gaudray
  • Le blog de Patrick Gaudray
  • : Recueil de billets d'humeurs ainsi que des opinions personnelles sur la vie de la recherche scientifique en général, et du CNRS ou des sciences de la vie en particulier.
  • Contact

Recherche