Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 12:00

Note.jpgLe Monde.fr du 29 avril 2010, sous le titre "Les agences de notation sont les boucs émissaires idéals", recueille les propos de Marc Touati, directeur général de la société de Bourse Global Equities. Un spécialiste, donc …

... Ce que je ne suis pas !


Ces agences de notation évaluent le risque de solvabilité des emprunteurs, y compris des Etats, et prétendent donc mesurer « précisément » le risque de non remboursement des dettes de l'emprunteur. Elles, c’est-à-dire essentiellement trois agences : Moody's, Fitch Ratings et Standard & Poor's pourraient n’être, en quelque sorte, que des « monsieur météo ». Mais il se trouve qu’elles font un peu la pluie et le beau temps. Les notations financières sont aujourd’hui un élément essentiel des marchés financiers, qui fait que l’annonce de la baisse d’une notation par une de ces agences a des conséquences immédiates sur le coût de financement de l’état.

Marc Touati porte un jugement très dur sur les pays, au premier rang desquels se trouve la Grèce, dont la notation par lesdites agences « n’est que la juste sanction des erreurs du passé ». Un peu plus loin, il affirme : « Les taux d'intérêt suivent mécaniquement les notations. Plus une dette est mal notée, plus son taux d'intérêt augmente. C'est tout à fait logique » !

Non, je ne comprends pas.

Il s’agit là d’une logique avec laquelle j’ai quelques difficultés. En effet, elle repose sur l’affirmation que, « dans la grande majorité des pays de la zone euro, il n'y a pas assez de croissance économique simplement pour payer les intérêts de la dette », et que, donc, « il y a eu des erreurs de gouvernance économique de la zone euro ». Mais, en fait, si j’ai bien compris, beaucoup repose sur le fait que quelques personnes (qui ?) analysent au travers de leur filtre économico-financier la « conduite » des états, l’évaluent, et lui donnent une note qui sert de justification morale aux spéculateurs de tout poil. Ces derniers, qui ont bien sûr, un grand sens de l’intérêt collectif, se lancent à la curée de nations en difficulté. Et, toujours de façon logique, tout le monde oublie que les nations sont avant tout des rassemblements d’êtres humains dont la Convention des Droits de l’Homme affirme l’exigence de respect de la dignité.

Non, décidément, je ne comprends pas.

Et les économistes donneurs de leçons d’aujourd’hui sont, non moins évidemment, ceux qui hier établissaient des théories et donnaient des conseils aux états, et qui demain feront de même en amont de la prochaine crise.

Non, décidément, je ne comprends toujours pas.

Alors, finalement, celui qui a sans doute tout compris, c’est Martin Vidberg dans son blog «l'actu en patates» :

125_agence-de-notation.1272618349.gif

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Patrick Gaudray
  • Le blog de Patrick Gaudray
  • : Recueil de billets d'humeurs ainsi que des opinions personnelles sur la vie de la recherche scientifique en général, et du CNRS ou des sciences de la vie en particulier.
  • Contact

Recherche