Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 18:09
Le 18 mars dernier, le Comité Consultatif National d'Ethique pour les sciences de la vie et de la santé (CCNE) a rendu un avis (N° 109), intitulé "Communication d’informations scientifiques et médicales, et société : enjeux éthiques".*

Cet avis fait suite à une réflexion menée en 1994-95 qui avait  produit l'avis N° 45, dans lequel l'accent était mis sur les diffuseurs d'information. Il appelait une suite lorsqu'il disait : "L'image d'Epinal d'une information que la recherche produirait en sa pureté et que polluerait l'intervention des médias est donc de plus en plus contredite par l'observation impartiale de la réalité. Dans la qualité de l'information biologique et médicale actuelle, la responsabilité de la collectivité scientifique est engagée."
La science entretient des relations complexes et difficiles avec les médias « grand public », en particulier audiovisuels, et ceci pour de nombreuses raisons : 

1.  La rigueur scientifique s’accommode souvent mal d’une nécessaire simplification du langage. La science a un contenu complexe.

 

2. Pour concilier vulgarisation et rigueur scientifique, le temps est un maitre exigeant, alors que la communication audiovisuelle exige de la rapidité, l’utilisation de petites phrases, si possible percutantes.

 

3.  Les médias dits de masse sont à l’affût du sensationnel. Or, la science évolue par petites étapes, et même les grandes rupture scientifiques ne sont, bien souvent, discernées qu’a posteriori, et donc pas dans une démarche de « scoops ».

 

4.  Le public, et donc les médias qui l’informent, s’intéressent à la science sous deux angles principaux, le récit, et donc les belles aventures scientifiques, et les applications de la science qui auront un retentissement positif sur leur vie quotidienne. Les applications de la science font un peu peur, et les belles aventures sont rares et peu de scientifiques sont capables de les apporter au public. La science produit peu de personnalités médiatiques.

 

5.  La science repose sur une remise en cause permanente des acquis. Le doute est un élément fondamental de la démarche scientifique. Or, le public attend et espère des certitudes

 

Qu’une information soit reprise par nombre de medias nationaux ou internationaux, qu’elle nous soit instillée et matraquée par journaux, radios, télévisions ou hommes et femmes poltiques n’en fait ni une vérité scientifique ni même une information vraie. On déclenche des courants, des peurs et paniques, des suspicions, etc, mais on n’informe pas, on ne permet pas au public de se faire une opinion personnelle, on ne l’engage pas à chercher plus loin, … à s’informer.
C'est un fait, regrettable hélas, que notre société ne se soucie pas, d'inculquer un esprit scientifique dès le plus jeune âge et donc d’éveiller les jeunes à la démarche scientifique. L’enseignement des sciences reste bien souvent au niveau de l’acquisition de connaissances, sans donner les clefs de cette acquisition. Cette démarche rationnelle, qui ouvre plus sur le questionnement que sur la certitude de faits, qui éduque à la remise en cause permanente, semble indispensable pour comprendre.
En fait, il est paradoxal que plus la connaissance avance, et donc plus le nombre d’informations disponibles est important, plus il faut être en mesure de faire des tris, et donc d’évaluer pour soi-même la validité des faits scientifiques et donc des informations reçues.
Cela demande de la méthode, et la science est là pour nous donner des clefs : c'est la démarche scientifique.


* Télécharegable ICI 
NB : Le site Net-iris, le portail juridique de l'information, a publié un article de veille  le mardi 30 mars 2010,dans le thème Bioéthique. Il est consultable ICI

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Patrick Gaudray
  • Le blog de Patrick Gaudray
  • : Recueil de billets d'humeurs ainsi que des opinions personnelles sur la vie de la recherche scientifique en général, et du CNRS ou des sciences de la vie en particulier.
  • Contact

Recherche